Ali Haddad voulait récupérer 300 milliards quelques jours avant son arrestation

Quelques jours avant d’être intercepté à un poste frontalier avec la Tunisie, qui a abouti à sa mise sous mandat de dépôt à la prison d’El Harrach depuis hier, Ali Haddad avait tenté avec insistance de faire racheter par la Banque Nationale d’Algérie (BNA) des bons de trésor pour une valeur de 300 milliards de centimes.

Les responsables de la BNA ont refusé l’offre malgré les insistances de l’homme d’affaire et sa renonciation aux intérêts, la maturité de cinq ans n’ayant pas été atteinte.

En effet, ces bons de trésor ont été acquis par Ali Haddad dans le cadre de l’emprunt obligataire auquel avait appelé Sellal en 2016 et n’arriveront donc à maturité qu’en 2021 apprend-on du site algeriemondeinfos.