Le général Hamel : « Tout le monde doit rendre des comptes »

Le général Hamel, ex directeur général de la sûreté nationale (DGSN), a assuré qu’il n’est en possession d’aucun dossier de corruption et qu’il n’a aucun lien, ni de près ni de loin, avec l’affaire de la cocaïne. Et qu’il est pour l’ouverture de tous les dossiers de corruption « pour que tout le monde rende des comptes ».

C’est, en tout cas, ce qu’il a révélé au site TSA, aujourd’hui, notamment après qu’une chaîne de télé ait rapporté que le général Hamel a été convoqué par la justice militaire (tribunal de Blida) en raison de ses déclarations relatives à la détention de dossiers de corruption, faites quelques jours avant sa mise à l’écart, en juin 2018, suivant l’affaire dite d’El Bouchi (701 kg de cocaïne).

« Je n’ai reçu aucune convocation de la justice militaire et je ne détiens aucun dossier de corruption » a déclaré Abdelghani Hamel et d’ajouter : « Je n’ai aucun lien ni de près ni de loin avec l’affaire de la cocaïne. Ni moi ni mon entourage immédiat. Mon éducation et ma culture ne me permettent pas d’avoir des liens avec ce genre d’affaires. Mon ex-chauffeur (à la DGSN) doit répondre de ses actes devant la justice. J’ai beaucoup de respect pour la justice, laissons la faire son travail en toute souveraineté ».

Le général Hamel : « J’ai restitué la résidence après le départ du président de la République »

Aussi, aprés les déclaration du général Gaid Salah quant à la réouverture des dossiers de corruption et de dilapidation de l’argent publique, notamment de la « Khalifa », « Sonatrach » et « El Bouchi », le général Hamel dira : « Je soutiens et je salue la décision du chef d’état-major de l’ANP d’ouvrir les dossiers de corruption au niveau de la justice pour que tout le monde rende des comptes ».

La chaîne de télé avait, également, évoqué son délogement de son logement de fonction sis à Hydra. Ce dernier le confirmera : « J’ai occupé ce logement après avoir reçu une autorisation du ministre de l’Intérieur. J’ai restitué volontairement la résidence, avec ses meubles, après le départ du président de la République (Abdelaziz Bouteflika le 2 avril 2019) ».