L’Iran désigne l’armée américaine comme organisation terroriste

Iran- Le Conseil suprême de sécurité nationale iranien a réagi à l’inscription par Donald Trump du Corps des Gardiens de la révolution sur la liste des organisations terroristes en y plaçant à son tour les forces armées des États-Unis déployées au Moyen-Orient.

En riposte à la décision de Donad Trump de placer le Corps des Gardiens de la révolution islamique sur la liste noire des organisations terroriste internationales, l’Iran a, à son tour, désigné l’armée américaine déployée au Moyen-Orient comme organisation terroriste. De plus, le Conseil suprême de sécurité nationale iranien a accusé la décision du Président des Etats-Unis d’être illégale.

«Le Conseil suprême de sécurité nationale iranien, en condamnant fermement cette étape dangereuse et illégale des États-Unis qui ont ajouté le CGRI sur la liste des organisations terroristes, considère cette mesure injustifiée comme un danger majeur pour la paix et la sécurité dans la région, ainsi que dans le monde entier», lit-on dans le message du Conseil.

Le ministre des Affaires étrangères iranien Mohammad Javad Zarif s’est exprimé sur son compte Twitter en jugeant que Donald Trump se dirigeait vers une sorte de piège en ajoutant le CGRI sur la liste noire des organisations terroristes : «Netanyahou, qui avait incité depuis longtemps à une désignation du CGRI comme organisation terroriste, réalise pleinement les conséquences pour les forces armées US dans la région. En fait, ils cherchent à attirer les États-Unis dans un bourbier en son nom. Donald Trump devrait être plus sensé que d’être impliqué dans un autre désastre des États-Unis.» avons-nous appris de sputnik.

Donald Trump avait demandé à son administration, le lundi 8 avril, d’ajouter l’organisation désignée par le nom de Corps des Gardiens de la révolution islamique (CGRI), ainsi que son unité d’élite, la force Al-Qods, sur la liste des organisations terroristes internationales.

Auparavant, Washington avait déjà placé sur liste noire des entités et des personnes affiliées au Corps des Gardiens, mais pas le CGRI dans son ensemble. Ainsi, plusieurs personnes et sociétés iraniennes ont été sanctionnées à la mi-février par les États-Unis qui les ont accusées d’avoir coopéré avec le Corps des gardiens de la révolution islamique et d’avoir effectué des attaques informatiques.